page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

Pour un rien
Blandine

Il lui repose la question. Elle regarde ostensiblement le bout de ses chaussures. Il y a une seconde, elle lui aurait sans doute répondu. Oui, sans doute. Mais, maintenant, allez savoir pourquoi, elle ne lui dira rien.

Il s'énerve. Il lui soulève le menton, lui demande de la regarder dans les yeux. Elle refuse. Paupières baissées, lèvres boudeuses. Il hausse le ton. Maintenant, c'est certain: elle ne lui dira rien.

Une fois encore, il lui demande : "Où étais-tu ce matin ?". Elle a envie de lui dire qu'elle ne se souvient plus, mais elle ne veut pas lui mentir. Elle ne veut pas non plus soutenir son regard. Tout ce qu'elle sait, c'est qu'elle ne lui dira rien.

En une fraction de seconde, pour jouer, pour l'ennuyer, pour fronder, pour le provoquer, pour crâner, pour garder des jardins secrets, elle s'est mise dans cette situation insensée. Elle ne lui dira rien.

Il saisit son bras, la propulse dans la chambre, s'assied sur le lit et la couche sur ses genoux. "Tu sais ce qui t'attend ?". Un grand frisson de peur et de plaisir parcourt son corps. Elle a envie d'une fessée, une vraie. Elle craint qu'il lui fasse mal, il a l'air vraiment en colère, mais, malgré cela, quoiqu'il fasse, elle ne lui dira rien.

Les premières claques s'abattent violemment. Il sait que ce sont elles qui donnent le ton à la fessée. Et puis, il n'aime pas ce jeu de dupe. Car, mine de rien, il ignore où elle était ce matin, et cela l'agace. Surtout qu'il la trouve bien jolie en ce moment. Et qu'elle a eut ce regard un peu arrogant qui l'énerve tant. Il continue de la fesser rageusement et puis, il lui repose la même question. Mais, s'en est décidé, elle ne lui dira rien.

Il enrage. Il la connaît bien et il se doute que maintenant elle ne cèdera plus. Du coup, lui aussi est rentré dans ce jeu et voilà qu'il prend le martinet et qu'il la fouette sans ménagement. Elle se concentre, elle se détend, elle est maintenant prête à subir une longue fessée. Cela brûle, cela fait mal, cela fait intimement bon. Et elle en a envie encore et encore. Et quand il demande à nouveau ce qu'elle a fait ce matin, il pourrait parier: elle ne lui dira rien.

Il ne sait plus s'il simule la colère ou s'il est vraiment mécontent, il ne veut pas perdre la face, mais il sait aussi le jeu et le plaisir. Il lui donne cette fessée dont elle frémit comme les chattes sous les caresses, il veut colorer en rouge son popotin coquin, il veut le strier, le marquer de son désir et de sa rogne et s'il pose encore une fois la même question il devine la suite : elle ne lui dira rien.

Quand les fesses sont très chaudes et très rouges et qu'il la sent repue, il l'embrasse tout doucement et de sa main qui s'est faite douce, il la caresse tendrement. Alors, elle sort un grand paquet cadeau de dessous l'oreiller. "Bonne fête". Et là, c'est lui qui ne dit rien.

Il avait oublié que c'était aujourd'hui, et c'est tout ému qu'il découvre un très beau livre : "L'art de la fessée", par Enard et Manara. Il est tout content, il l'embrasse encore et encore, il est heureux qu'elle y ait pensé; finalement, elle ne doit pas le tromper, pourquoi s'imagine-t-il toujours cela. Il la remet tout doucement sur ses genoux, lui redonne des petites tapes parce qu'il sait bien qu'une deuxième fessée, à quelques minutes d'intervalle, c'est un plaisir de vrai gourmet. Et, il se le promet: il ne lui demandera plus rien.

Et comme justement, il ne lui demande plus rien, elle lui dit en chuchotant : "Ce matin, j'étais allée acheter ton cadeau, tout simplement..". Alors, en riant, il lui dit : "Moi aussi, je vais te faire ta fête, qu'en penses-tu ?". Elle se love sur ses genoux, ferme tout doucement les yeux et pense ; "Qui ne dit mot consent". Alors, c'est évident, elle ne lui dira rien.

© 2002

0 commentaire
avatar