page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

Le vent des globes
Blandine

C'était cet été. C'était sur un beau voilier de quatre mâts. C'était tard dans la nuit. Lui et moi, nous nous étions allongés dehors, dans l'espoir de voir des étoiles filantes. Comme il faisait un peu frais, et que je n'étais pas chaudement vêtue, il m'avait prise dans ses bras.

"Fais un voeu" me dit-il quand nous vîmes la première étoile. Je fis un voeu sérieux. Puis il y eut une autre étoile qui stria le ciel. "Fais un autre voeu". Une fois encore, je pensais à quelque chose de très avouable et c'est bien pour cela que je n'en dirai rien ici!

Mais lorsque je vis la troisième étoile filante, je me mis à espérer qu'il me donne une fessée, toute chaude et toute retentissante, là, sur le pont supérieur de ce bateau.

Nous commencions à avoir froid. Il me prit la main et je pensais rentrer dans la cabine lorsqu'il me dit que nous allions faire un dernier tour. La lune pleine éclairait suffisamment nos pas et de longues ombres nous suivaient.

Quand nous fûmes tout à l'avant du bateau, il avisa une grosse bitte (oui, oui, je sais...) où s'enroulaient les haussières servant à amarrer, et sans que je m'y attende le moins du monde, il me fit courber dessus. C'était encore chaud du soleil équatorial et cette chaleur caressa doucement mon ventre. Mes pieds auraient à peine touché terre, mais, grâce à mes hauts talons, j'étais à bonne hauteur.

Il souleva alors la robe du soir que j'avais mise. A vrai dire, elle était assez courte et il n'y avait pas beaucoup à soulever. Et là, surprise, il n'eut pas à baisser ma petite culotte... car, il n'y en avait pas! Oh, ce n'était pas une canaillerie de ma part, quoique, ne jouons pas trop les saints Ignaces, mais c'est surtout que si petite qu'aurait été la dite culotte, elle se serait vue sous cette robe un peu trop moulante.

Cette tenue impudique lui donna le prétexte dont il n'avait d'ailleurs pas besoin. Il commença à me fesser méthodiquement. Les claques tombaient toutes chaudes, fortes de leur promesse de volupté et je sentais monter en moi un plaisir gourmand. Les claques tombaient toutes impressionnantes de leur bruit terrible dans une nuit de silence sur un voilier qui vogue sans bruit.

Je m'alanguissais sous cette fessée moelleuse. Je me moquais bien que quelqu'un arrive, j'avais envie qu'elle dure toute la nuit. La mer était un peu houleuse, le bateau tanguait régulièrement et je me sentais bercée et heureuse.

Mais un gros nuage vint cacher la lune et il ne vit plus alors la couleur ambrée que prenait la mienne. Il rabaissa tout doucement ma petite robe et me porta dans ses bras. C'est alors que je vis passer une nouvelle étoile filante et que je fis un nouveau voeu. Vous ne devinerez jamais lequel.

© 2002

0 commentaire
avatar