page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

Manon sous la dune
Blandine

C'était il y a.... mais peu importe quand. Je m'en souviens comme si c'était là, maintenant. Il ne faisait pas très chaud et nous étions seuls sur cette longue plage de sable roux. Les mouettes s'envolaient devant nous. La marée descendante laissait derrière elle des petites flaques et cela m'amusait d'y tremper les pieds et de jouer à l'arroser. Et il râlait un peu parce que l'eau était glacée, et bien sûr cela me donnait envie de l'arroser de plus en plus.

A un moment, il me prit la main et il me dit: " Maintenant, cela suffit, je vais te donner une fessée sur la dune ". Je sentis toute mon échine frissonner du plaisir de la peur et du désir de cette fessée. Oh, oui, peur d'être surprise ainsi dehors, au grand jour. Oh, oui, désir de vivre cette peur et cette fessée matinée de cette volupté.

La dune est vallonnée et plantée de pins. Nous cherchons un petit abri sous les arbres. "Là" me dit-il, et déjà il s'assied et tout de suite il baisse mon pantalon de pêcheuse qui s'apprête à pêcher avec délectation. Le vent frais, le vent fripon passe en courant d'air sur mon derrière tout étonné d'être si nu .... Une tape, deux tapes... elles sont toutes douces, elles ne veulent pas faire trop de bruit mais elles résonnent à mes oreilles de la crainte d'être surprise en flagrant délice. La fessée monte en moi de claque en claque et je suis bien.

A un moment, il s'arrête. Il observe. Inquiet. Et j'entends un babillage de dames. Entre les arbres, il les aperçoit. Deux dames âgées qui passent à quelques mètres de nous. Je voudrais qu'il continue de me fesser. J'ai envie de cette provocation, de leur regard. Mais il est sage. Pas envie de finir au commissariat pour... atteinte aux bonnes moeurs!

Mais moi, je rêve. Je rêve que cela ferait plaisir aux dames. Que ce soir, à la maison de retraite où elles s'ennuient, elles raconteraient cela. Que demain, des dizaines de papies et de mamies, tout émoustillés, viendraient guetter sous les arbres et que, peut-être, il serait d'accord pour m'en donner encore une, juste pour leur faire plaisir.... Je rêve de leur offrir ce spectacle, de me faire cette peur... je rêve.

Les dames sont passées. Il a tout doucement embrassé mes fesses rosées, l'air frais a apaisé la douce chaleur de la fessée. Je suis canaillement bien. Je sais qu'il va falloir partir. Cela me rend triste. Je voudrais mettre une petite pancarte commémorative: "Ici fut fessée Manon et ce fut bon". Mais c'est dans la tête que se plantent pour toujours les petites pancartes des grands souvenirs.

© 2002

NDLR : Lors de la parution de ce récit, en mai 2002, une légende accompagnant la photo ci dessus promettait le droit de fesser Manon au premier qui trouverait le lieu du crime... Et quelques mois plus tard un internaute remportait le challenge !

1 commentaire
avatar
avatar
Anniza_67

Très belle histoire ! Merci !