page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

Celle dont elle rêve...
Blandine

Parce qu'il voudrait lui faire ce fabuleux plaisir de s'approcher au plus près de son fantasme, il lui dit: "Ecris-moi la fessée dont tu as vraiment envie". Alors, elle prit son petit cahier d'écolier et tout en machouillant son stylo, elle lui écrivit:

"D'abord, je te remercie de m'avoir demandé cela. Car je sais bien que tu le fais au nom de mon plaisir. Alors, je vais essayer. Mais je sais l'exercice difficile car toujours l'imaginaire invente l'impossible. Pourtant, je vais fouiller au creux de mon ventre en désir pour sentir le comment il aimerait être rasasié. Puis je vais m'appliquer pour trouver les mots justes qui vont te dire comment ce serait encore meilleur car, je te rassure, ce fut déjà très bon.

Voilà, il faudrait que tu me fasses savoir que tu as décidé que, pour une fois, pour un soir, que ce sera une vraie fessée. Une qui n'aura ni foi, ni loi. Pas de doucement, pas de pouce, rien de toutes ces petites complicités qui sont autant de compromis. Je ne veux pas une fessée consensuelle, pas de toi! Je te connais trop bien pour savoir que tu ne m'abîmeras pas. Cela me suffit.

Je voudrais donc que tu me dises que tu en as décidé ainsi et que tu me prennes dans tes bras. Ah, voilà que tu trouves cela bizarre! Je voudrais que tu me prennes dans tes bras... Oui, je le voudrais puis je voudrais ensuite que tu m'en rejettes. J'ai besoin de ce moment de rupture. J'ai besoin de sa matérialisation.

Tu me deshabilleras de ma petite jupe, et puis tu me prendras fermement la main pour me forcer à m'allonger sur tes genoux. Tu prendras ton temps, tu chercheras à être à ton aise. Maintenant c'est toi qui décides et je suis à ta merci.

Tu me fesseras fort tout de suite, juste pour que je sache que ce n'est pas une fessée pour jouer, que tu as décidé qu'elle était vraie, qu'elle ferait mal non pas juste quelques secondes, mais longtemps, en profondeur.

Puis, quand tu auras décidé que c'est le moment, tu me feras mettre à genoux au pied du lit. Là, tu choisiras l'instrument qui te plait le mieux. Tu sais que j'en redoute deux particulièrement: la férule parce qu'elle bat sèchement et le martinet, dont les lanières savent trouver les endroits les plus tendres. Mais il y en a aussi la ceinture que je crains et la strap que l'on croit sensuelle mais qui sait être féroce. Et, puis, j'ai envie que tu me donnes une fessée où je perde.

Ah, voilà une nouvelle fois que tu trouves cela bizarre. Une fessée où je perde. Quelle drôle d'idée! Mais oui, c'est bien cela. D'habitude, c'est toujours moi qui gagne. Je te l'ai déja dit: c'est un plaisir très égoiste et très narcissique. C'est un gros plaisir qui vous fait tout chaud et qu'on finirait par s'endormir tellement c'est bon. Là, je voudrais courber enfin l'échine et enfin me savoir vaincue et enfin sentir cette peur de la claque suivante et de la suivante.

Et je vais oser te dire jusqu'où j'aimerais aller, mais je sais que tu vas t'inquiéter. Mais tu m'as demandé, alors je te le dis, je te le dis comme je le rêve et avec le courage de dépasser toute auto-censure. Voila, je voudrais que tu ne t'arrêtes que lorsque je pleurerai. Je voudrais un jour pleurer d'une fessée de toi.

Voilà. J'ai osé.
Tu sais, tu m'as donné envie.
Et toi, oseras-tu?
Tu veux bien?
Ah! Maintenant?
Maintenant, vraiment?
Maintenant, comme cela?
J'ai peur brusquement
Donne-moi un peu de temps
Non? Tu as raison.

Alors, elle baissa la tête, le suivit dans la chambre et prit sa plus belle fessée".

© 2001

0 commentaire
avatar