page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

Sait-on jamais...
Blandine

D'abord, je lui avais donné quelques petites fessées très douces. Elle n'avait pas dit non. Je n'avais pas demandé mon reste. Je l'attendais à la sortie de son bain et retroussais le gros peignoir d'éponge blanche. Ses fesses devenaient alors toutes rosées. Je trouvais cela très joli.

D'autres fois, j'attendais qu'elle s'endorme. Allongée sur le ventre, son petit bout de chemise de nuit relevé découvrait ses longues jambes et puis ce bas du dos que j'avais tant et tant envie de palper, de malaxer, de fesser. Alors je la caressais, puis voilà, les premières claques tombaient, toutes douces puis un peu plus fortes. Elle faisait semblant de dormir encore mais je voyais son corps chercher son plaisir sous ces caresses particulières. Je frappais plus fort, j'entendais alors des petits "aie", et comme je ne voulais pas lui faire mal, je caressais les chairs chaudes du désir. Et puis, quand je n'y tenais plus, je la retournais, rentrais doucement en elle, lui faisais lentement l'amour.

A d'autres reprises, c'est elle qui s'arrangeait pour se retrouver allongée sur mes genoux et je savais bien ce qu'elle voulait et je découvrais avec toujours la même émotion ces deux lobes tellement innocents, tellement doux et tellement à ma merci.

Sait-on jamais pourquoi une dame a envie d'une fessée ?
Sait-on jamais pourquoi l'on a envie de lui donner ?

Puis, un jour, elle mit ce petit mot sous mon oreiller:

" Je voudrais recevoir une grande fessée Ne me demande pas pourquoi, je ne le sais pas moi-même J'en ai envie Un point c'est fou J'imagine que tu m'attendes à une heure convenue Tu auras tout préparé Une table, car il n 'est pas question que ce soit sur tes genoux Des instruments, car il n'est pas question que tu me fesses de ta main Je dirai "stop " quand je me sentirai suffisamment punie, mais toi tu n 'en feras rien Tu continueras parce que c 'est toi seul qui peut décider Voilà, j'ai envie de recevoir une grande fessée "

Partagé entre le souhait d'accéder à sa demande et la peur de cette demande, j'attendis un peu, l'interrogeais plusieurs fois.

Sait-on jamais pourquoi une dame a envie d'une fessée ?
Sait-on jamais pourquoi l'on a envie de lui donner ?

Mais, elle voulait. Elle voulait vraiment. Alors, un jour du mois de mai, où l'on fait ce qu'il nous plait, nous prîmes date. Ce serait ce soir là. Ce serait dans quinze jours. Entre temps, nous décidons de ne pas en parler. Et même, le jour convenu, nous nous ignorons. Pas de mail, pas de téléphone. Rien.

Quand elle arrive, elle a un petit loup sur les yeux. C'est le meilleur moyen pour que nous ne nous sautions pas dans les bras. Je lui prends la main pour la guider vers la table que j'ai préparée pour la recevoir. Je sais, je sens sa peur. Je la courbe, lui retrousse sa jupe, découvre un petit string blanc. Je commence à la fesser. Je lui donne la brosse et le martinet, la ceinture et le paddle. J'ai même trouvé une petite règle plate et confectionné un martinet un peu spécial, avec du fil électrique. J'alterne les instruments, pose doucement ma main sur son dos, écoute ses petits cris. Elle ne bouge pas beaucoup, ne dis presque rien ou bien parfois "doucement". Alors je sais que c'est trop fort et je diminue l'intensité.

C'est elle qui doit me dire "stop", nous en avons convenu ainsi, mais c'est moi qui l'arrête. Je ne veux, je ne peux aller plus loin. Je ne veux pas l'abîmer ! Et puis, quelque chose pourrait m'inquiéter: qu'elle ne dise pas "stop"...Perdue dans un plaisir un peu hypnotique, liée inconsciemment par un défi a elle-même (et peut-être en est-ce un, bien qu'elle ne m'ait rien dit), habitée par une conception surannée et romantique de l'honneur dont je me méfie, oui, elle pourrait vouloir aller trop loin.

Quand je la relève, je la sens d'ailleurs totalement perdue. Mais peut-être que si elle a voulu aller aussi loin c'est juste pour me dire qu'elle voulait que je la prenne dans mes bras. Que je la garde comme elle était. Que je ne lui en veuille pas de se perdre parfois. Peut-être qu'elle voulait que je lui pardonne de se mettre dans des situations impossibles. Des situations tellement stupides que cela mériterait...

Sait-on jamais pourquoi une dame a envie d'une fessée ?
Sait-on jamais pourquoi l'on a envie de lui donner ?

© 2001

0 commentaire
avatar