page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

La petite et la Dame
Blandine

Ce matin, elle a vite enfilé sa petite culotte de coton blanc puis une robe très légère. Il fait tellement chaud. Elle a peur, peur, peur. Car aujourd'hui, elle va voir " la Dame ". Elle y va à midi, de son plein gré. Elle l'a appelée hier. Il faut qu'elle la voit. Il faut qu'elle la voit, elle en a besoin au fond d'elle-même, elle le sait. Mais elle a toujours autant peur.

Elle se dépêche. La Dame ne supporte pas une minute de retard. Elle sonne, le coeur dans les talons. La Dame lui ouvre. La Dame, froide, distante, lointaine.
- " Mettez-vous en tenue "
Il en est toujours ainsi. La Dame ne veut pas savoir ce qui amène la petite. Elle est là juste pour lui donner la fessée qu'elle souhaite. C'est tout.
- " Je voudrais vous dire ... ".
La Dame l'interrompt.
" Ne me dites rien. Dépêchez-vous ".

La petite est maintenant allongée sur un lit de massage. Comme chez les kinésithérapeutes. Elle a enlevé sa robe, baissé son petit slip. La Dame a pris le battoir de bois. Elle frappe. Modérément. Régulièrement. La jeune fille se cale bien, replie ses bras sous sa tête. La Dame fesse un peu plus fort. Mais toujours très régulièrement. Sur la chaîne, le boléro de Ravel. Comme à chaque fois. Les claques s'intensifient. La petite ne bouge pas. La Dame le lui a interdit. " Si c'est pour remuer comme un vers de terre, tu iras ailleurs. Tu ne bouges pas. Tu ne dis rien. Sauf lorsque tu veux que j'arrête ". Elle est trop fascinée par la Dame, elle a trop besoin de ces fessées pour contester la règle édictée.

Maintenant, la Dame a pris le martinet. Elle frappe à nouveau régulièrement, minutieusement. C'est sans haine et sans passion. C'est sans douceur et sans violence. La petite est frappée mécaniquement. La chaleur s'intensifie dans ses reins. Elle ne dit rien. Elle sait qu'elle va commencer à avoir mal, mais c'est à ce prix qu'elle se sentira vraiment fessée et qu'elle sera bien. Elle referme ses petits poings.

La Dame a pris une baguette. La petite supporte à peine. Cela cingle vraiment très fort. Elle se laisse fouetter un peu, hésite à dire " stop ", attend encore. Elle a envie de ce plaisir là, inconnu, violent, apaisant. Et puis brusquement, elle sait qu'elle est arrivée au point limite, qu'après ce serait insoutenable, qu'après elle pourrait pleurer. Alors elle demande à la Dame d'arrêter et celle-ci arrête immédiatement.

La Dame s'est éclipsée. La petite regarde dans la glace prévue à cet effet ses fesses rouges, striées de marques encore plus rouges. Comme elles sont belles ! Elle voudrait les garder ainsi des heures et des heures et des heures et des heures elle voudrait avoir cette intense chaleur qui la brûle. Elle remet sa petite culotte. Oh que cela chauffe ! Elle enfile sa robe. Coiffe un peu ses cheveux.

Maintenant elle est dans l'entrée. La Dame sort d'une autre pièce. Toujours froide, distante, lointaine. " Au revoir petite. A la prochaine ".

La petite se retrouve dans la rue. Elle est bien. Elle ne sait toujours pas qui est cette Dame. Elle a répondu un jour a une annonce sur Internet. " Dame BCBG, pouvant recevoir, donne fessée à jeune fille. Aucune autre relation, ni amicale, ni sentimentale. Anonymat respecté. Discrétion assurée ". Cela lui a plu. Elle ne doit pas se justifier. Elle va voir " sa Dame " quand elle le veut. Quand elle en sent l'intime besoin. Celle-ci la fesse jusqu'au moment où elle souhaite qu'elle s'arrête. C'est tout.

Et la petite a pris l'habitude de venir se faire corriger régulièrement. Quand elle n'a pas tenu un engagement. Quand elle a raté un travail. Et puis aussi, et puis souvent, quand elle se sent seule ou qu'elle a le coeur gros. Et, la Dame est devenue pour la jeune fille comme une amie. Mais cela, elle ne peut pas lui dire.
Et c'est bien ainsi.

A travers les rideaux de mousseline du salon, la Dame regarde la petite s'éloigner. Elle se dit qu'un jour, peut-être, elle ne pourra s'empêcher de la prendre dans ses bras. Elle en a tellement envie. Mais elle ne veut aucun malentendu. Alors, sans doute, ne le fera-elle jamais. Et c'est bien ainsi.

© 2001

0 commentaire
avatar