page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

Canelle et Théo
Agramant

J'avais noué avec Théo une correspondance ou nous avions sympathisé et qui nous avait amené à nous rencontrer pour déjeuner à de nombreuses reprises. Je partage avec lui non seulement ce goût de la fessée donnée ou reçue, mais aussi cette même manière de la concevoir comme un jeu qui doit être agréable aux deux partenaires.

Quand Théo m'a demandé si, pour pimenter leurs jeux je pouvais fesser sa compagne Canelle devant lui, j'ai bien entendu accepté avec plaisir. C'est ainsi que nous nous sommes retrouvés chez lui une fin d'après-midi pour attendre le retour de Canelle, beaucoup plus émus que nous ne l'aurions soupçonné !

Quand la porte d'entrée nous a annoncé l'arrivée de Canelle, Théo est allé au devant d'elle et quelques minutes après l'a introduite dans le salon, les yeux bandés. Car Canelle ne m'a encore jamais vu ! Pour moi en revanche les yeux sont bien la seule partie de son anatomie qui me soit inconnue... Et quelle anatomie ! (jugez plutôt sur cette photo que Théo m'a envoyée). Canelle a une trentaine d'année, la taille fine, le ventre plat et de longues jambes de rêve... Elle fait beaucoup de sport et ca lui réussit bien.

Théo la guide jusqu'à moi qui suis assis sur le canapé et elle s'allonge docilement sur mes genoux. Je retrousse la robe avec la hâte impatiente d'un petit garçon le matin de noël... Une magnifique paire de fesses m'apparaît. L'espace d'un instant j'ai eu l'impression que Canelle n'avait pas de culotte sous sa robe, mais en fait si. Seulement elle est extrêmement symbolique cette culotte : dégageant presque entièrement les deux globes, elle doit comporter autant de tissus qu'un mouchoir de poche (et encore, un tout petit) !

Sous les yeux attentifs de son ami je "prend les mesures" du superbe verso qui m'est offert. La peau est douce et satinée, un morceau de roi ! Quelques claques modérées me permettent d'apprécier la fermeté élastiques de ces belles fesses, on va pouvoir y aller !

Ce que c'est que la psychologie ! Comme je l'ai dit plus haut la discrétion quasi-symbolique de sa culotte m'aurait permis techniquement parlant de la fesser sans que cette dernière ne me gêne le moins du monde, mais justement c'est le symbole qui me gêne... Une fessée se donne sur des fesses nues, totalement nues. Alors je retire ce dernier et si frêle rempart et je commence la fessée.

Fidèle à ma technique, je commence relativement modérément pour permettre aux fesses de "monter en température" en quelque sorte, puis j'augmente graduellement la force des gifles jusqu'à mon rythme de croisière. Ce qui me frappe très vite par rapport aux autres "victimes" que j'ai eu la chance de fesser, c'est son absence totale de réaction. Pas de tressaillements, pas de mouvement involontaire des jambes, rien. A croire que je la caressais ! Un peu surpris, je monte le rythme et l'intensité, mais en vain. Et quand j'en fait la remarque à haute voix, ça la fait rire ! Les fesses sont bien rouges pourtant, attestant de l'efficacité du traitement mais elle reste de marbre... Si elle n'avait pas eu les yeux bandés, je crois bien qu'elle aurait pu lire un magasine ! La peau des mains commence à me chauffer, je ne vais pas caler avant elle, quand même !

Pour couper un peu le rythme et pour faire honneur à la collection d'instruments de torture que m'a préparé Théo, je la fais mettre a genoux par terre, le haut du corps penché sur le canapé. Ainsi offerte, les fesses rouges, les cuisses légèrement écartées, la robe troussée jusqu'au milieu du dos, elle est diablement excitante. Quel veinard, ce Théo, il ne doit pas s'ennuyer avec elle ! J'essaye quelques instruments dont une sorte de "battoir" en cuir qui doit être assez cuisant. J'essaye aussi son martinet mais je ne suis pas très à l'aise car ses lanières sont nettement plus longue que celles du mien, je manque de précision.

Assez vite je reviens à mon instrument préféré : la main ! D'abord parce qu'il ne sera pas dit que je ne sois pas arrivé à faire réagir Canelle si bien entraînée fut-elle avec ma seule main (oui je suis assez orgueilleux !), et ensuite parce j'aime le contact claquant de ma paume sur des fesses féminines... Cette fois, je suis bien décidé à la faire réagir, mon prestige de fesseur est en jeu ! J'y vais de bon coeur, passant d'une fesse a l'autre, changeant de rythme, claquant en haut, en bas, sur la pliure des cuisses, le grand jeu ! Puis je sors ma botte secrète : les deux mains en même temps, énergiquement, rapidement pour finir avec les "roulements de tambour" qui lui arrachent enfin quelques gémissements et des petits mouvements convulsifs. L'honneur est sauf ! J'arrête avec la paume des mains presque aussi rouges que les fesses de Canelle, ce qui n'est pas peu dire... Je n'ai jamais vu une femme encaisser aussi bien. Je suis persuadé que quand à moi je n'aurai pas pu en supporter autant.

Après une pause de quelques minutes, j'ai filmé Théo fessant Canelle à son tour (qu'est-ce qu'elle aura pris la pauvre, ce soir la !). Moi je l'avais fessée en retirant la (si petite) culotte, mais lui a ôté carrément la robe. C'est donc en tenue d'Eve intégrale (a l'exception du bandeau sur les yeux) que je vis Canelle se faire fesser pour la seconde fois. Je n'ai pas regretté le spectacle... Même sa poitrine se tenait mieux que celle d'une fille de 18 ans. Le travail des pectoraux, parait-il.

Puis quand tout fut fini, nous avons bavardé très agréablement tous les trois pendant une heure en buvant un verre. La conversation était très naturelle à ce troublant détail près que Canelle était toujours totalement nue et les yeux bandés. Les miens ne l'étaient pas et j'avoue en avoir beaucoup profité avant de prendre congé de mes hôtes...

0 commentaire
avatar