page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

La piscine
Ellie

(Brève d'Ellie - 12)

C’est chaud, c’est doux, nue, couchée moitié sur la margelle de pierres polies, les bras dansant dans l’eau, je regarde les mouvements lumineux et lascifs de la piscine. Cela fait dix minutes, ou peut être deux heures, je ne sais pas. Hypnotisée, je m’absente…

-   Le p’tit déjeuner est servi, dépêche toi !

-   Mmmmh, quelle bonne nouvelle… Je ne bouge pas. Il s’approche en faisant claquer ses chaussures italiennes, soupire et gronde.

-   Il me semble t’avoir appelé, non ? Mais, je suis perdue, le regard vague.

-   Je vais te réveiller, moi ! Maugrée t’il

Il saisi mes jambes repliées et me bascule dans la piscine. Je ne crie pas, je coule toute enroulée puis laisse mon corps se déplier doucement et remonter, les yeux écarquillés fixant le fond. Ma bouche légèrement ouverte laisse échapper ses bulles et ses borborygmes. Je sens de nouveau sur mes épaules et mes reins qui pointent le piquant du soleil. Je dérive bercée. Au loin j’entends sa voix mouillée.

-   Ellie… ! Elliiiiie… ? Ellie arrête ça tout de suite… ! Ellie ? Merdeuuuuu, tu fais vraiment chier ! Mignon, mais très grossier… 

PLAOUF ! Mon corps chavire sous le raz de marée de son immersion. Il remonte vivement, m’attrape et me sort vigoureusement de l’eau. Je crachote un peu tandis qu’il me remet sur pied et m’entraîne un peu vite, vers la terrasse du petit déjeuner. Il me lâche et se laisse choir dégoulinant sur un Sunlounger à roulettes, en teck d’Indonésie, retire ses chaussettes en pestant et les essore. Alors, je gazouille doucement dans ses oreilles inondées :

-   Tu m’aimes bien, alors ?... On pourrait même dire que tu tiens à moi, vu que tu viens de noyer ton costume Armani dans le chlore de ta piscine… Je croyais qu’il n’était pas question de sentiments dans les histoires de fessée ? Ce n’est pas ce que tu as écrit, un jour, sur le forum ?... Enfin, n’exagérons rien, tu as quand même pris le temps de virer les souliers…

Je tente un pas pour rejoindre un joli petit œuf à la coque, tout désespéré de refroidir seul, quand poigne d’acier interrompt cet élan de compassion pour me saisir au menton.

-   Bougre de petite chieuse ! Je vous avais prévenu

-   …Tu l’as fait exprès, hein ? Dis le qu’à aucun moment tu ne t’es sentie mal ! Alleeeez, dis-le ! …Si tu ne sais pas faire la différence entre une plaisanterie et une vilaine blague, je me charge de t’apprendre ! Et dans l’instant, il me plie sous son bras pour sécher, d’une main didactive, mes orbes mouillés…

 

Ellie C. – Dec. 2011

0 commentaire
avatar