page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

Délits de l'aube
Ellie

(Rêves d'Ellie - 11)

La chambre est blanche lisse douce comme un oeuf et moi, je m'ébats, bras et jambes, enserrée à la taille, plaquée sur ses genoux, claquée par ses mains souples, protestante encore voilée.

On frappe à la porte quelques coups nets. Il s'arrête songeur et ennuyé, me fait doucement glisser sur le coté et va voir. Pendant que je me laisse aller à genoux au pied du lit

Un homme est là qui aimerait assister, juste confortablement assis ou il l'entend. Il est même prêt à payer en billets. Miser pour voir, pimenter, saler, faire avancer, ou reculer, au fur et à mesure de l'aventure, nos limites vers leurs extrémités. C'est un jeu, rien qu'un jeu très excitant ou je suis la poupée. J'entends tout et me meus au bout de mes fils fantasmatiques que je lui laisse le soin d'actionner avec adresse dans les frissons frileux de mes griseries.

Pendant qu'ils négocient, j'entrouvre debout le volet pour observer dehors. L'autre coté n'est pas un dehors mais un dedans joliment ciselé rouillé de la salle d'un grand palais. Assis par terre jambes écartées près d'un canal de pierres lisses qui la traverse un arlequin m'observe. Un peu surprise, un peu troublée, je recule et referme, puis de nouveau entrouvre et ouvre en grand. Un gros roi barbu et coloré dans ce décor aux teintes sépia déborde dans son trône, à coté d'autres dignitaires sages comme des images. Une jeune femme est emmenée dans sa longue robe verte pour être couché à plat ventre sur un tapis à fessées de bois, flottant à un pied trois quart du sol. Son profil ondulé est prêt à accueillir et présenter en évidence les formes rondes et pleines de l'impétrante.

Je veux absolument en être ! Alors, légèrement vêtue de mes bas, d'une culotte et d'une blouse fluide ivoire aux bretelles croisées je dégringole diaphane le long des colonnes rugueuses et dentelées, vais m'asseoir transparente et silencieuse et serre consciencieusement mes genoux dans mes bras, aux pieds du roi. C'est ma place ! J'y suis bien. J'ouvre grand les yeux, je veux tout voir, tout savoir, sentir et comprendre, m'abreuver me nourrir...

Je me suis levée d'un bond et tente d'expliquer, un peu gênée, que je regardais juste... Mes yeux s'ouvrent flous, enfin surtout le droit, l'autre est enfoui dans l'oreiller, penché au dessus de mon visage, il me regarde. Je bascule sur le ventre, rougissante.
Oh flûte..., j'ai déjà entendu ces bruits là... Ils s'échappent de ma gorge quand, la nuisette troussée au dessus des seins, la culotte accrochée à une cheville, la tête dans l'oreiller et... D'ailleurs ? Ne se manifestent t ils pas de nouveau... ?

 

Ellie C. - Juillet 2011

0 commentaire
avatar