page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

Propriété privée
Ellie

(Bref d'Ellie)

- Beeeh ... ? Qu'es ce que tu fais là ?

Dans le verger de la propriété, je suis allongée, le nez dans la rabane, à mi-soleil du poirier aux plaquettes de liège moussu. Les fruits sont petits verts et durs. À cause de la sécheresse de cet été, ils tombent déjà.

- Hummm ?

- Non mais, qu'est ce que tu fais ? On pourrait te voir à la fin !.... Tu entends ce que je te dis ?

- Oui, ouiii... ! Enlever sa culotte ne provoque pas de baisse d'audition que je sache... Qui ça, « On » ?

- Je ne sais pas... Le jardinier par exemple. Met ta culotte s'il te plaît !

- Le jardinier ? Celui qui jardine avec la lune ? hahaha !

- Tu fais la maline ? Mets ta culotte, je te dis... Et puis, j'aime les marques. J'aime que tes cuisses et ton dos soient dorés, mais que ton cul reste blanc.

- Tu sais que 'cul blanc' c'est le nom d'un oiseau ?

- Mets ta culotte et viens voir la mer avec moi !

- J'aime bien être fesses nues, dehors, avec le vent qui coure, l'herbe qui hérisse, les insectes qui gravissent et le soleil..., le soleil qui sévit, chauffe et cuit rouge...

- Ah, c'est Çaaaa... ! Je vais te les colorier, moi, façon 'soleil couchant', tu vas voir ! Allez hop, enlève ta culotte !

- Hein ? M'enfiiiin... faudrait savoir tout de même !!

 


 

Elle se rince sous la douche extérieure, dans l'ombre des arbres, court vers le soleil, s'accroupie, saisie la serviette chaude, se redresse, essore ses cheveux courts, puis se drape et se retourne. Sous le poirier, un homme est planté. Plutôt grand, barbus avec des yeux à lunettes, il la regarde comme fastigié.... Elle lui sourit.... Elle ne savait pas que des hommes comme ça poussaient si vite sous les poiriers, sinon, elle s'y serait plus souvent allongée...

Il est toujours immobile. Alors elle dit - «  Bonjour...  Alors il s'excuse éperdument, alors elle répond- Je vous en prie.... »

Si je vous situe bien les choses dans leur contexte, elle n'a plus de carte étudiant, pas encore de carte vermeille, mais une carte de famille nombreuse dont elle n'est pas peu fière.
Si on compte ses amants et l'ensemble du personnel de la maternité, 200 personnes ont déjà du voir ses fesses. Elle ne se sent donc pas émue outre mesure... En tout cas, pas comme par ces émotions 'dangereuses' qui lui restent accrochées dans la gorge et l'étouffent parfois... (Celles là, vous pouvez toujours lui taper sur le cul pour essayer de les déloger... !)

Toujours figé, il s'excuse à nouveau et de nouveau elle le rassure, elle aussi sans bouger...
Tout cela est un peu 'hors temps'. Il lui fait penser au petit prince, au petit prince qui aurait grandit...

Mais, Mr. et son sens pratique, débarquent sur la terrasse de bois. Alors l'homme se déracine et Mr. peut le raccompagner au portail.
Quand il revient, il lui raconte vivement que l'homme s'est trompé de maison, qu'il cherche des amis qui habitent dans les environs, qu'il est parti sur la plage prendre un bain, se rafraichir.
Et aussi, qu'il n'a jamais entendu, de sa vie, quelqu'un s'excuser autant...
Elle rit et laisse tomber la serviette à terre pour saisir la robe fleurie posée sur le transat.
Il devient tout froncé.

- Dis-moi, tu n'étais pas dans cette tenu..., je veux dire toute nue quand il est arrivé, tout de même ?

- Aucune idée..., c'est difficile de se rendre compte de certaines choses, quand on a le dos tourné.

- Et bien moi, je connais au moins une chose dont on se rend très bien compte le dos tourné, grince-t-il en la coinçant sous son bras- ...Je t'avais prévenue !

- Ah non, s'il te plaît, pas trop fort je ... Aye, Ouye... !

 

Juillet 2010

0 commentaire
avatar