page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

L'appel du 18 juin
Agramant

On s'était beaucoup tourné autour avant de se rencontrer, beaucoup, mais vraiment beaucoup écrit sans jamais ni l'un ni l'autre oser proposer la rencontre de peur de rompre le charme. Puis l'impossibilité de transmettre une vidéo providentiellement trop volumineuse a servi de prétexte pour se voir enfin... Enfin, comme on en avait l'un comme l'autre trop envie, un autre rendez-vous, celui-la avec fessée potentiellement à la clef a été convenu. Potentiellement car j'avais décidé, pour pimenter le jeu de l'inviter à déjeuner et qu'ensuite la fessée s'ensuivrait ou non... Et si non, on recommençait la semaine suivante !

C'est un petit jeu assez amusant que de voir sa future "victime" essayer de jouer à la grande très décontractée mais rongée tout le repas par l'incertitude, l'appréhension, l'envie... J'ai tenu bon une fois, mais pas plus je crois bien... La semaine suivante, après l'avoir tout de même laissé mijoter dans l'incertitude encore tout le déjeuner, j'ai sorti pour le café la liasse des mails ou elle s'était moquée de moi, prétexte fort à propos pour la fessée que j'allais lui donner.

Elle a piqué un fard mais s'est laissée entrainer sans protester vers la partie hôtelière de l'établissement ou j'avais réservé une chambre avant son arrivée... Arrivés dans la chambre je me suis assis sur le lit et sans autres formes de procès l'ai immédiatement basculée sur mes genoux et troussé la légère robe d'été, dévoilant une jolie petite culotte toute en couleurs et d'admirables cuisses fuselées... Après quelques claques d'échauffement, je m'empresse de dévoiler enfin les fesses promises à la cuisson. Elle tente en vain de retenir son dernier rempart, trop tard celui-ci se trouve sur ses genoux, hors de sa portée.

Je profite quelques instant du superbe panorama qu'elle m'offre bien malgré elle : la taille fine, les longues cuisses et une paire de fesses d'anthologie, ni trop grosses ni trop minces, arrondies à la perfection et offertes dans une délicieuse et ô combien suggestive cambrure...

Pour couper court aux pensées lubriques qui me venaient (j'avoue... c'était un verso vraiment exceptionnel !), je commençais la fessée. Les claques tombaient un peu plus sèchement et sonnaient clair sur les belles fesses dénudées... Très vite ma "victime" commençât a réagir en se trémoussant sur mes genoux, en poussant de petits gémissements, en tentant d'interposer ses mains pour protéger ses fesses... Rien n'est plus excitant pour un fesseur que de voir sa "victime" réagir ainsi, la fessée y prend vraiment tout son sens... Et de plus cela permet "d'étalonner" au mieux la force des claques !

Je lui saisis les poignets pour les lui maintenir d'une main derrière le dos tandis que l'autre continuait impitoyablement de frapper en cadence la jolie croupe malmenée qui se colorait de plus en plus ! Je frappais régulièrement une fesse, puis l'autre, puis les deux à la fois (ce que j'appelle la fessée "bébé", qui n'est possible que sur des versos pas trop larges...), ne me lassant pas de voir le beau fessier réagir, se trémousser, s'ouvrir...

Je ne saurai pas dire combien de temps cette fessée a duré... J'étais hors du temps... Ma "victime" aussi, je crois... je suis resté quelques instants à caresser ces trop belles fesses écarlates et brûlantes, puis elle s'est redressée, nos regards se sont croisés, elle a piqué un fard, a remonté sa culotte et s'est précipitée dans la salle de bain pour remettre de l'ordre dans sa tenue...

0 commentaire
avatar