page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

Fontaine, je ne boirai pas de ton eau...
Iris

Fesseur et victime, dominant et soumis le temps d'un jeu, ce sont effectivement des rôles différents et même antagonistes que bien souvent n'est pas prête à assumer la même personne masculine ou féminine.
Pourtant qui peut affirmer avec certitude : "Fontaine, je ne boirai pas de ton eau" ? Car tout peut survenir de manière imprévue dans la vie et même certaines fessées inédites...Hé hé !

Je me souviens de mon premier correspondant ici, un monsieur au caractère fort et bien déterminé dont je désirais ardemment une fessée sans le dire ouvertement et tout en tergiversant beaucoup. Des hésitations tout à fait normales quand s'amorce une relation avec un inconnu sur le site rose, non ? On fait un pas en avant et aussitôt deux ou trois en arrière... Alors, dans un échange au second ou au troisième degré, je lui avais suggéré un petit délai imposé par mon homéopathe au cas où je serais saisie pour la circonstance d'un accès de "tachycardie émotive paroxystique". De quoi s'armer de patience car chacun sait qu'avec les traitements homéopathiques il ne faut pas être pressé... Ce à quoi mon correspondant, certes non dénué d'humour, m'avait vivement conseillé d'y adjoindre un peu de phosphore, tout en ajoutant qu'en revanche le jour où j'y aurais droit, avec lui ce ne serait pas à dose homéopathique ...Droit à quoi ? A la fessée dont je rêvais secrètement bien-sûr et que je n'avais pas reçue dans ma vie d'adulte depuis si longtemps !
Puis les échanges s'étaient poursuivis sur un ton alerte, enjoué, humoristique, toujours au second ou troisième degré ... Or un beau jour est-ce parce que le monsieur pensait que j'avais abusé quelque peu de sa patience, est-ce parce que j'utilisais beaucoup de détours dans ma correspondance,( à propos du fantasme, il m'a toujours été plus facile de m'exprimer de façon directe devant des anonymes sur un site que dans des échanges personnels ), le voilà qui use dans sa réponse de formules ambiguës, me faisant comprendre qu'il ne sait finalement pas bien à quoi s'en tenir avec moi, insinuant qu'il ne faudrait quand même pas se moquer de lui ou lui jouer un tour, laissant presque entendre que certaines tergiversations cachent une certaine pusillanimité, qu'il commence à avoir des doutes sur mon degré de motivation, voire sur mon identité, allant même jusqu'à suggérer que je pourrais être une espionne, quelqu'un qui le surveille, ce dont il a déjà eu l'expérience dans le passé.
Alors devant de telles insinuations si injustes le sang d'Iris ne fait qu'un tour et quand celle-ci se fâche, ce qui est très rare, elle se fâche rouge . Et curieusement, à partir de ce moment, se produit dans ma tête, sans aucun calcul, exactement l'inverse de ce qui était programmé : foin de toute timidité et de toute inhibition la moutarde me monte au nez et moi qui n'ai rien d'une dominatrice professionnelle, sous le coup d'une colère spontanée - une sainte colère dirons nous - me voilà subitement investie d'un rôle d'éducatrice prête cette fois sans tergiverser à coucher le monsieur sur mes genoux pour remettre les pendules à l'heure au plus vite dans son esprit.
Donc par retour de courriel j'informe mon insolent correspondant qu'il ne faudrait quand même pas pousser les insinuations trop loin et qu'en l'occurrence à propos de fessée, au vu des soupçons qu'il vient d'avoir l'audace de proférer, c'est bien lui qui en mériterait une et même une bien bonne ...Dommage que je ne l'ai pas eu devant moi sur-le-champ car il l'aurait senti passer !
Cette fessée raviverait peut-être en lui quelques cuisants souvenirs d'antan mais surtout le remettrait immédiatement sur les rails ! Et puis... qu'il en soit bien conscient : j'ai certes une petite main, toutefois elle peut être aussi leste qu'énergique et, faute de posséder des instruments à lanière, je pourrais même être secourue en la circonstance par quelque objet de maroquinerie enfoui dans un tiroir et qui trouverait d'emblée son emploi...Et surtout ça tombe à pic : je dispose d'une cabane à l'orée du bois où la chose sera simple à réaliser... "Vous savez, lui dis-je, ce sera exactement comme pour le petit questionnaire proposé sur le site rose aux visiteurs de passage,où il est écrit texto : n'hésitez pas, allez-y, c'est simple, anonyme et gratuit !"
"Ça alors !!! j'en suis sur le c." rétorque immédiatement mon interlocuteur par retour de mail, admettant d'emblée que, devant ce qu'il estime désormais une grosse provocation de sa part, la sanction est légitime et que ses fesses la méritent pleinement, aussi ne serait-ce que par fierté naturelle il s'en tiendra à ma décision.
Le jour J, tandis que me voilà bien motivée sans me forcer, tant j'estime qu'il la mérite, cette fessée, quelle aubaine et quelle revanche : voilà qu'un monsieur à l'autorité naturelle non contestée, que l'on devine habitué à exprimer sa souveraineté dans la vie, s'est transformé sans forcer en petit garçon tout penaud et tout contrit, sachant pertinemment ce qui lui pendait au bout des fesses, si ému que malgré mes indications précises il s'est d'abord trompé de cabane et, un peu plus tard, tandis que sous mes claques le beau fessier rougissait à vue d'oeil et ronronnait de félicité sur fond sonore de chants grégoriens, le monsieur murmurait avec délectation : "Ah, si ces bons moines savaient ..."

0 commentaire
avatar