page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

L'éducation de ma soeur
?

De lire votre blog ça m'a rappelé des souvenir d'enfance quand ma soeur et moi vivions chez un oncle qui nous a servi de tuteur après la mort de nos parents. Etant garçon, je n'interessais pas mon oncle qui ne m'a jamais puni qu'avec de grandes calottes, mais il avait des préjugés hypocrites du genre "les filles doivent être éduquées avec sévérité car leur nature est plus faible" et donc il en était tout autrement pour ma soeur qui était punie avec un cérémonial des plus pervers...

Par exemple, quand elle devait être punie de 10 coups de badine pour une faute d'orthographe dans un devoir, elle se levait, pâle, reconnaissait la "justesse" de la sentence et devait se "préparer" c'est à dire qu'elle baissait sa culotte aux genoux et remontait sa jupe sur sa taille. Je voyais alors apparaitre sa grosse mappemonde fendue, puis dans cette tenue, en maintenant sa jupe relevée, elle devait aller chercher la badine suspendue à un clou d'une démarche rendue ridicule par sa culotte qui lui entravait les genoux.

Ensuite elle tendait la badine à notre oncle, devait faire une sorte de reverence et lui demander de la punir sévérement pour qu'elle apprenne à ne plus faire de fautes, puis se retourner et se pencher en avant pour bien exposer ses fesses. L'oncle, sadiquement, prenait son temps, lui faisait rectifier la position, avant de frapper la grosse lune de ma soeur qui bien sur devait compter les coups en pleurnichant. Ensuite, elle devait le remercier, aller remettre la badine au clou, fesses à l'air rougies et balottantes toujours à cause de sa culotte aux genoux, et se mettre au coin dix minutes en exposant sa lune rougie.

Il ne se passait pas de journée sans que ça n'arrive au moins une ou deux fois.

Le soir dans notre chambre, elle me demandait de regarder si il y avait des traces sur ses fesses puis notre oncle arrivait pour la prière et la rituelle fessée du soir. En pleurnichant, ma soeur devait se mettre a genoux sur son lit, la tete sur l'orreiller, et hop trousser chemise et exposer ses montgolfières promises à la cuisson. Elle avait encore droit à 5 ou 10 coup de badine selon la journée passée, puis bon prince, il lui appliquait une pommade sur les fesses avant d'aller se coucher et surement se masturber...

Et au fil des années, j'ai vu comme ça tous les jours rougir la "mappemonde" de ma soeur, de plus en plus grosse et de plus en plus émouvante jusqu'au jour ou elle a quitté la maison pour se marier. Depuis elle mène une existence normale, sans fouet, et le plus étonnant, c'est que si elle rougit quand je lui rappelle combien de fois j'ai pu contempler sa lune, elle n'en veut pas du tout à notre tuteur et considère qu'il l'a bien élevée alors que pour moi c'est évident que c'était un pervers sadique...

0 commentaire
avatar