page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

Initiation
Agramant

C'était il y a... peu importe. C'est toujours gravé dans ma mémoire comme si c'était hier.

Nous nous étions rencontrés après quelques échanges de mail prometteurs. Elle était vive, enjouée, cultivée et pleine d'humour. Quand je lui avait dit que j'étais ingénieur, elle m'a demandé par retour si j'étais rentré dans ce fantasme pour intégrer l'X ! J'ai eu un choc la première fois que je l'ai vue : non contente d'être drôle, cultivée et intelligente, elle était de surcroit ravissante. Elle m'avait dit pouvoir disposer tous les mercredis de l'appartement d'une amie. Nous pouvions nous y retrouver pour déjeuner car ce n'était pas loin de nos lieux de travails respectifs.

Elle avait ce fantasme en elle depuis sa plus tendre enfance, mais ses tentatives pour le concrétiser avaient jusque la tourné court : l'un l'affolant complètement avec des photos excessives, l'autre avec un comportement difficile à comprendre, un troisième voulant l'emmener dans un club échangiste...

Nous avions beaucoup de points communs et parmi ceux-la le fait d'être tous les deux mariés et de placer comme priorité numéro un la sauvegarde de nos conjoints et familles. Elle s'est laissée apprivoiser et m'a offert la joie d'être son initiateur. Mais elle voulait introduire un aléa : elle viendrait à nos rendez-vous hebdomadaires, mais sans savoir auquel de ces rendez-vous la fatidique fessée tomberait.

Le premier rendez-vous, il était convenu qu'il ne se passerait rien. Nous avons juste bavardé longuement de tout et de rien, d'art, de littérature, de sciences... Sa culture était extraordinaire ! Au second rendez-vous, ne voulant pas me comporter comme un soudard, j'avais décidé de ne pas le faire non plus... mais de ne rien dire ! C'était très amusant de lire sur son visage cette interrogation muette, la montée de son angoisse, ses gestes involontairement nerveux... A chaque fois que je me levais, que j'esquissais un mouvement, que je parlais... je la voyais réprimer un sursaut ! J'ai joué ainsi au chat et à la souris jusqu'au dessert ou j'ai fini par lui dire, négligemment, que non, ce ne serait pas non plus pour cette fois la. J'ai lu immédiatement sur son visage un soulagement intense, mêlé à une petite pointe de déception !

Le mercredi suivant était mon anniversaire, je ne sais plus si elle le savait ou non à cette époque, mais moi j'avais trop attendu. Je voulais voir enfin ces jolies fesses que je n'avais fait que deviner sous sa jupe. Mais la encore, j'ai voulu garder le suspens, je n'ai rien dit. Elle a du le sentir, pourtant car l'ambiance du déjeuner était spéciale. Comme ces journées de juin ou malgré un soleil radieux on sent monter l'orage. Au moment du dessert, sans échanger un mot, je me suis levé, je l'ai prise dans mes bras en la portant comme un bébé (elle est mince, heureusement pour moi !) jusqu'à la chambre voisine. La, toujours sans un mot, je me suis assis sur le bord du lit, l'ai retournée à plat ventre sur mes genoux, puis j'ai retroussé sa jupe et ai lentement baissé la petite culotte dévoilant enfin les belles fesses tant convoitées... Et croyez-moi... l'envers valait l'endroit !

Voila comment a commencé une longue et belle histoire !

0 commentaire
avatar