page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

Dégrisement
Sylvie

Je me suis déjà présentée dans mon petit récit intitulé "mon cousin".

Mariée depuis cinq ans, j'ai pu en recevoir de bien bonnes déjà (des fessées bien sûr !).

Mais avant de vous raconter mes fessées (reçues) les plus marquantes (pas par la couleur de mes fesses mais en mémoire !), je vais vous raconter une fessée vue pour confirmer que la fessée est aussi une tradition dans la famille de mon chéri.

J'étais invitée un mercredi après midi en septembre dernier chez une tante et un oncle de mon mari. Ils m'ont parlé des difficultés qu'ils rencontraient dans l'éducation de leur "petite dernière" (17ans). Ils regrettaient de lui avoir offert un scooter, car elle faisait bêtise sur bêtise : surprise plusieurs fois sans le casque par exemple. Il lui arrivait de rentrer ivre parfois ; de plus, ils soupçonnaient des problèmes de drogue. Imaginez l'inquiétude de ces pauvres parents.

Elle devait d'ailleurs être rentrée depuis le déjeuner. En milieu d'après midi, le téléphone sonne. La maman paraît soulagée : elle est (encore) ivre mais vivante !!!

Elle est arrivée peu après amenée par deux copains. Son hilarité est vraiment la démonstration de son ivresse !

Son papa la fait entrer et invite ses deux copains à s'asseoir dans le canapé, et commence à sermonner sa fille. Je vous passe les détails mais la fessée lui est promise ! Elle rit déjà un peu moins, mais l'alcool persiste à lui laisser échapper quelques rires.

- "Et celle-là, tu n'es pas prête de l'oublier !!! Crois moi !!! Allez !!! Retires ton pantalon et ta culotte !!! Tout de suite !!!"

- "Oh ! Non ! Papa !"

- "Ne discutes pas !"

- "Non !!!"

Une gifle part ! Elle déboutonne son pantalon avec hésitation, se retourne et voit ses deux copains qui sourient. Elle descend lentement son jean le long des ses (très) longues jambes, elle le retire et le pose sur une chaise

- "Ta culotte !!!"

- "Non, pitié !!! Papa !!!"

- "mets tes mains sur la table"

Elle s'exécute, et ses fesses sont au même niveau que les yeux des deux jeunes gars. Son père saisit l'élastique de sa culotte, elle se redresse pour la tenir, et une claque tombe sur sa culotte : elle se remet tout de suite en position, et sa culotte lui est descendue à mi-cuisse. Les deux compères n'en perdent pas une miette, je les observe.

Les claques s'abattent méthodiquement et ses belles fesses de sportive rosissent vite. Les sensations font effet, et elle commence à "tortiller", elle bouge ses jambes : la culotte tombe aux chevilles. Son père lui ordonne de la ramasser ce qui l'oblige à se montrer encore plus. J'imagine sa honte. Elle reçoit l'ordre d'aller chercher son martinet. Je n'en crois pas mes oreilles, mais elle y va, les fesses à l'air. Elle revient de la cuisine, le martinet dans une main, et l'autre main sur son pubis.

Son père lui prend le martinet, et sa maman lui dit :

- "Mains sur le tête, ma fille !!! tout de suite !!!"

Heureusement sa toison brune est très fournie et cache son intimité, mais n'empêche pas la honte qui se lit sur son visage. Si j'avais été à sa place, je n'aurais rien caché car mon chéri exige que je sois toujours bien lisse.

Elle est invitée à se remettre en position, et le cérémonial semble bien rodé : sa maman se met face à elle de l'autre côté de la table et lui tiens les poignets fermement.

C'est parti !! le martinet dessine lentement des zébrures, sur ses fesses déjà bien rouges. Elle commence à bouger les jambes et ses mouvements ne font que dévoiler son intimité aux deux lascars ! Les lanières commencent à marquer le haut de ses cuisses, et son père est complètement déchaîné, il ne ménage pas son effort. Les cris de la belle Audrey sont mélangés aux sanglots.

Comme méthode de dégrisement, on ne fait pas beaucoup mieux !

On le sent très en colère. Il s'arrête un instant puis lève encore plus haut le bras. La marque se superpose aux autres, et la douleur a du être terrible. Ses poignets ont échappé à la maman ; mais très vive , celle-ci plonge et la rattrape par le tee-shirt qu'elle ramène à elle, lui arrachant l'agrafe du soutien-gorge au passage et le tout est regroupé aux poignets repris en main encore plus fermement car maintenant elle s'y appuie de tout son poids. Eh oui ! Audrey est toute nue devant ses copains. Le martinet reprend son acharnement. On n'entend plus que les sanglots.

Enfin, la fessée s'arrête. Maman relâche les poignets et garde tous les vêtements. Audrey se relève, porte ses mains aux fesses, s'essuie aussi le visage, ses yeux sont pleins de larmes. Sans s'inquiéter du beau spectacle qu'elle offre aux compères dont les yeux sont rivés aux fesses et aux seins d'Audrey (90c), elle court vers moi et se jette dans mes bras. Ses larmes coulent contre ma joue et dans mon cou, mais son haleine confirme sa consommation abusive d'alcool : elle l'a peut être méritée cette fessée ? Qu'en pensez vous ?

Je suis dans le fauteuil avec cette grande fille toute nue assise sur mes genoux. Je porte une jupe à mi-cuisse (mon mari ne m'autorise pas plus long !), et ses fesses sont donc sur ma cuisse. J'ai la surprise de sentir ses poils trempés !!! tout en lui chuchotant des mots d'apaisement, je lui dit aussi qu'elle aime ça !!! Elle retire sa tête de ma joue et me regarde étonnée ! Discrètement je passe une main sous ses fesses pour appuyer là ou c'est trempé, car cela me coule sur la cuisse. Elle comprend et sourit !!! La coquine ! Mais je pense quand même que cette fessée était très sévère et que les marques mettront quelques jours à disparaître.

Pendant ce temps papa et maman ont servi le café à table et un gâteau nous attend. D'un côté, il y a des chaises et de l'autre un banc. Les garçons sont invités à se mettre sur le banc.

Audrey est nue, sa maman a rangé tous ses vêtements et son père lui dit qu'elle ferait bien de remercier ses copains de l'avoir ramenée à la maison. Elle est rouge de honte, mais s'approche et viens leur faire la bise, ils ne manquent pas de poser une main délicate sur une fesse pour l'un et sur une cuisse pour l'autre. Ils sont gonflés de faire ça devant les parents mais ceux ci approuvent pas un sourire discret.

La maman a une serviette qu'elle va poser sur le banc entre les deux jeunes gars et Audrey dois s'y asseoir, toute nue bien sur.

- "Audrey !!! tu te tiens bien en présence de tes invités !!! tu gardes tes mains sur la table. Mais vous, mes petits gars vous pouvez la cajoler si vous voulez ! Attention pas de bêtise !"

Je suis abasourdie, le papa autorise les petits jeunes à peloter sa fille !!! Du délire !!!

Je peux vous assurer qu'ils avaient toujours une main sur la table, mais l'autre ?

D'après les yeux d'Audrey, je crois qu'il y avait quelques coquineries là-dessous !!!

Depuis ce temps Audrey est redevenue une petite fille modèle, elle étudie et vient chez moi tous les mercredi après midi où elle a appris à vivre nue car chez moi, je suis toujours nue (naturiste tout simplement). Tout va bien maintenant.

Voilà, une petite histoire que je voulais vous faire partager, bien que je trouve cela trop sévère. Qu'en pensez vous ?

Sylvie.

0 commentaire
avatar