page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

Fessée dans le métro
Joséphine

Je m'appelle Marion, j'ai 34 ans et je suis enseignante dans un collège de la région parisienne. Nul n'ignore les difficultés que nous rencontrons chaque jour et il nous est parfois nécessaire de nous défouler !
C'est ce que je faisais l'autre jour alors qu'avec une de mes collègues nous papotions de tout et de rien dans le métro.
Hélène est suffisamment délurée, pour que j'en vienne à lui confier, que rien ne m'excitait plus, que l'idée de recevoir une fessée en public. Bien entendu ,je précisais que tout ceci n'était que fantasmes et que je serais morte de honte s'il devait m'arriver de subir telle humiliation.
Elle me répondit en riant que la honte à sa connaissance n'avait jamais tué personne.

Tout à coup, je m'aperçus que nous arrivions à notre station et qu'avec mes bêtises le métro allait repartir. Je me précipitais, pour descendre et ce faisant, je bousculais tout le monde. Je donnais des coups de coudes à droite et à gauche afin de nous frayer un passage.

Une femme cria que je lui avais fait mal, mais je n'y prêtais pas garde.

Je dis en revoir à mon amie et m'engageais dans le couloir pour y prendre ma correspondance. Là je vis ou plutôt j'entendis ce chanteur guitariste que j'aimais tant, je m'arrêtais pour l'écouter.

---

Tout à coup une voix me dit ---Alors ! On est moins pressée ? On bouscule tout le monde comme une malpolie, et pourquoi ça ? Pour écouter de la musique !
---Pardon ? Non, mais ça vous regarde ? De quoi voulez-vous parler ?
---Ma femme en a perdu son sac et les boutons de sa veste sont déchirés ! Et tout ça pour que madame " j'aime la fessée " écoute de la musique !

Aux mots " la fessée " ! Je rougis comme une gamine prise en faute.
---Non mais ça ne va pas ? Taisez-vous !
---Moi me taire ? Certainement pas ! Je vous aie entendu dire " je rêve d'être fessée en public "Vrai ou faux ?
---Bon ça suffit et pour votre femme elle n'avait qu'à ce bouger ! Non, mais !

Et je le vois qui part sans plus... Soulagée mais quand même un peu surprise, d'avoir eu si vite le dernier mot !

Tout à coup je le vois qui discute avec le chanteur, je dois avouer que ce garçon me fait littéralement craquer et que je ne rate jamais une occasion de l'entendre.

Je suis donc ravie et troublée, lorsque me cherchant du regard dans la foule il me sourit de loin ? Je lui rends son sourire... Serais-ce une affaire qui court ?

Puis, je le vois qui cède le micro à " l'homme à la femme bousculée "... Et sidérée j'entends ceci !

---Mesdames et messieurs surtout, ne partez pas. Vous aller assister à un spectacle que vous n'oublierez pas de sitôt !

Les gens présents se regardent étonnés. Tout en parlant, le type s'approche de moi, et me saisissant par le bras dit à la cantonade !
---Cette dame que voici ! Rêve d'être fessée en public, nous allons donc lui faire ce plaisir ! Je pense que personne ne dira non ! Alors d'accord ?

Un silence à couper au couteau s'installe !

Les gens présents se regardent effarés, puis tout à coup une voix d'homme s'esclaffe !
---Et comment, qu'on est d'accord ! N'est ce pas vous autres ?
Un murmure s'ensuit puis des voix excitées s'élèvent très vite :
---Oui, oui... La fessée ! La fessée ! La fessée ! ! ! Sur l'air des lampions !
Un autre dit :
---J'ai bien envie de voir son cul moi...
---C'est une nouvelle animation ?
---Oui c'est le dernier truc de la R.A.T.P pour se faire pardonner leurs grèves...

Ils sont tous hilares, quant à moi, je crois vivre un cauchemar !
Je suis tellement ahurie, que je n'oppose aucune velléité de résistance...
Me voici entouré d'une trentaine de personnes, qui doivent croire à une plaisanterie de mauvais goût et attendent, curieux de voir la suite.

Suite qui ne va pas tarder à arriver.

Le bonhomme qui s'est emparé du pliant du musicien, s'est assis dessus et hop avant, que je n'aie le temps de dire ouf, me voici le nez à raz de terre, à plat ventre sur lui !
Une femme essaie bien de s'interposer mais les autres lui disent :
---Si ça vous ennuis allez-vous en et foutez-nous la paix !
Un autre ajoute :
---Moi ça me botte de voir son cul... Hi ! Hi ! Hi !

Alors le type à haute voix !
---Tu voulais une fessée publique ? Tu vas être comblée!

Je hurle que non ! Que je ne veux pas ! Qu'il me lâche... Rien à faire ! Vlan ! La première claque vient d'atterrir sur mes fesses. Je fais un bond, je crie...
---Aïe ! Ca fait mal !
---Ca fait mal ? Mais non ! Là, c'est juste le début !
Tout à coup je sens la présence d'une femme, sa femme bien sur ! Qui lui demande...
---Tu veux que je t'aide ? Je peux faire quelque chose ?
---Oui, baisse-lui ses fringues !
---Attends !
Et voilà, qu'elle retrousse ma jupe, je sens l'air frais sur mes cuisses. Ha ! Les courants d'air des couloirs de métro.

Brusquement je pense à mon beau guitariste qui doit profiter du spectacle ! Moi qui voulais le séduire ! C'est foutu ! Ciel quelle honte ! Mais le pire reste à venir... J'essaie bien de me débattre mais sans grand succès... Je hurle folle de rage impuissante :

---Non, mais vous êtes malades ? Arrêtez immédiatement !
---Tu vas voir c'est pour mon sac et pour ma veste !
Et la femme tire sur ma culotte d'un seul coup me dénudant les fesses.

J'essaie de lutter mais impossible, que faire contre ce mec qui doit bien mesurer près de deux mètres et peser plus de cents kilos la stature de David Douillet ! Vous imaginez ?

Son énorme paluche s'abat sur mes petites fesses...
Clac ! Clac ! Clac !
Encore et encore... Des dizaines de fessées... Et tous ces gens qui se marrent ! J'ai l'impression que cela dure une éternité ! Les fesses me brûlent et le pire est de se retrouver comme ça exposée le cul nu devant tous ces inconnus ! La honte la plus totale !

Puis tout a coup un grand silence s'installe !
Les gens sont partis ! Remplacés par trois policiers en uniforme !

J'étais là, le derrière écarlate, toujours sur les genoux de mon fesseur pétrifié !

---Papiers ! Je me relève mais ma jupe étroite ne veut pas redescendre ! Devant les flics la jupe coincée à la taille, la culotte sur les chevilles... Quel tableau ! Ils m'accusaient de participer à un spectacle " porno clandestin "...
Et nous avons été embarqués, tous les trois au poste de police, pour un rapport et justification d'identité.
J'en ai bien sur profité pour porter plainte contre mon agresseur et sa complice !

Malgré tout, mon compagnon dut venir me rechercher et bien sur il a demandé des explications ! Il découvrit que j'avais été arrêtée pour exhibitionnisme, et qu'une fessée m'avait été donnée par un homme en public !

Furieux, Marc lui sauta à la gorge voulant lui casser la gueule ! Il y eut échange de coups et d'insultes ! Jusqu'à ce que les policiers lui eurent montré le procès-verbal que j'avais été contrainte de signer.

A savoir : Que j'avais tenu des propos inconvenants à voix haute qui laissaient supposés que j'étais plus ou moins d'accord !

---Monsieur votre amie racontait à voix haute, qu'elle rêvait de recevoir une fessée et que cette fessée lui sois donné en public... Sa façon de se comporter laissait supposer, qu'elle faisait de la provocation afin de se donner une chance de réaliser son fantasme.

Bien que cette explication soit pour la moins oiseuse, elle le dédouanait et le dégageait de l'accusation d'agression au premier degré.

Arrivés à la maison, Marc me demanda si tout ceci était vrai, si j'avais bien tenu de tels propos.

J'étais dans un état pitoyable ! Mes fesses me brûlaient et surtout je souffrais dans mon amour-propre de m'être ainsi fait prendre à mon propre piège !
Une fessée publique ! J'avais pris une fessée devant mon petit musicien ! Quelle humiliation ! J'avouais donc...
---Mais oui ! Ce sont des bêtises que je racontais à Hélène...
---Et à cause des bêtises que tu racontes à Hélène moi je casse la gueule a un type et je me retrouve avec un oeil au beurre noir ! Tu trouves çà normal ?
Il me regarda en coulisse... Puis il murmura...
---Je vais m'en souvenir ! Tout se paye dans la vie !

Et il s'en est souvenu ! Croyez-moi...
Suite au prochain numéro !

0 commentaire
avatar