page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

Spécialités locales
Blandine

Le rendez-vous est pris. Quelque chose de très banal en somme. Elle est esthéticienne et j'ai envie de m'offrir un massage.

J'arrive dans son joli cabinet. Ca sent bon les essences essentielles. "Vous pouvez tout ôter" me dit-elle. Aie ! Je n'avais pas prévu de finir dans la tenue d'Eve. Comment cacher les marques de martinet qui disent que je joue à des jeux inavouables ?

"Couchez-vous sur le ventre". Je m'allonge sur la table de massage, elle me pose une grosse serviette sur les fesses et les cuisses. Elle pétrit mon dos avec une vigueur étonnante surtout pour une petite bonne femme haute comme trois pommes. Cela réveille quelques points douloureux, je gigote, elle m'enjoint de rester tranquille. C'est sans réplique. Bon. Puis elle découvre la moitié du bas de mon anatomie. Fesse et jambe droite. "Vous avez dû vous gratter, il y a des marques !". Je ne dis rien. Elle masse mes cuisses. " Pas de cellulite, sinon, ce que je fais vous ferait mal". Ouf Elle remonte sur la fesse dénudée. "On dirait que vos fesses sont tannées. Lorsque je faisais du cheval, cela me faisait la même chose ". A nouveau, Je ne dis rien. Elle me pétrit sans ménagement, je ressens la douleur de ma dernière fessée. C'est un sentiment voluptueux et canaille. Je me laisse masser les fesses avec délectation.

"Enfin, j'ai parlé de cheval, ça pourrait être autre chose... ". La phrase se perd dans ma rêverie. Je n'ai ni envie de mentir, ni envie de me dévoiler. Elle doit noter mon silence et elle enchaîne, sur le ton badin d'une conversation de salon: "Si vous avez envie d'en parler. . . ". Je me jette à l'eau. "Disons qu'il m'arrive de pratiquer des jeux dangereux". Je lui dis cela tout doucement. Confessions prudentes d'une dame ravie et honteuse, confessions qui attendent la forme que prendra l'absolution.

Brutalement, elle découvre mes deux fesses. Une claque sèche, juste, raisonne dans tout le cabinet. Puis une autre, une autre, une autre. Elle vise les fesses, les cuisses, sait fort bien y faire. Je me fais boule, je me fais chatte, je suis furieusement heureuse. Sa main leste bat mon popotin consentant, la table de massage est si étroite que je ne peux me dérober, d'ailleurs, même si cela fait mal, je n'ai pas envie de me dérober.

Quand elle doit estimer que j'ai reçu la fessée méritée, elle prend une fiole d'huile parfumée et me masse les fesses avec la même énergie qu'elle les a claquées. C'est chaud, c'est bon, ça tient au gros câlin et j'ai envie de m'endormir de plaisir.

Puis elle continue, comme si de rien n'était, son massage sur le reste du corps. Et, avant de me libérer, elle me demande si je souhaite un autre rendez-vous. Comme je regarde dans mon agenda, elle me fait tout simplement remarquer qu'un massage traditionnel dure une heure, mais qu'il faudra peut-être que je compte une heure et demie ou plus. Enfin, ajoute-t-elle " si elle peut d'autres fois me faire découvrir des spécialités locales dont elle m'a fait goûter un échantillon".

Après demain, j'ai trouvé un créneau de deux heures. J'ai toujours eu un faible pour les spécialités locales.

© 2002

0 commentaire
avatar