page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

Promesse tenue
Blandine

C'est un monsieur qui n'a pas triché. Il m'a dit : "j'ai envie mais je n'ai jamais essayé." Qu'est-ce qui m'a pris ? Le plaisir de faire plaisir ? Ce besoin de faire partager le bonheur que j'ai une fois goûté. Alors, tout simplement, je lui ai dit d'accord. D'accord, Monsieur, je vous permettrais de réaliser votre fantasme et cela me fait plaisir. D'accord monsieur.

Mais j'ai peur. Peur de ne pas être à la hauteur de son rêve. Je sais bien que la réalité est toujours en reste par rapport à l'imaginaire. Oh, et puis, je voudrais que tout cela ne soit qu'un petit moment discret, qui ne fasse mal à personne. Car ici, présent, plus important que tout, il y a lui, lui que je ne veux pas faire souffrir, lui mon long complice de route auquel je n'ai pas envie de faire de fessées dans le dos !

Il est arrivé. A l'heure. Emu. On se jauge. Mal à l'aise. Gauche. Whisky ? On boit. Le temps ? Le foot ou la politique ? Non, rien ne prend. Finalement, nous surfons un peu sur notre fantasme. Je voudrais bien l'aider. Lui dire : " tout de suite Monsieur ". Mais, sans prétexte, comment passer du banal apéritif entre gens normaux à une séance punitive entre gens ayant un petit vélo dans la tête ?

Mais toi qui nous a prêté ton toit pour que tout cela soit possible, tu prends les choses en main. Façon de parler ! Tu me couches sur toi, mi-amusé, mi-mécontent, tu me dis que l'on ne doit pas faire ce type de promesses, tu me dis encore que l'on ne doit pas faire attendre une fois qu'on les a faites, alors que tout cela mérite une fessée que tu vas me donner devant lui et qu'il me donnera ensuite devant toi.

Je sais bien que c'est ainsi que nous avions décidé du programme, mais à cet instant précis, je voudrais me glisser sous toi, inexister. Et j'aimerais avoir ce don d'ubiquité qui me ferait actrice de mon plaisir et spectatrice de ce plaisir.

Ta main habituée claque mes fesses honteuses. Comme c'est dur de me mettre ainsi à nu, de vous laisser voir ce que j'aime tellement cacher, de m'humilier volontairement. Je me mords les lèvres, j'essaye de mieux respirer. Tout doucement, ta fessée me fait moins mal, je commence à m'y faire, à en avoir envie. C'est alors que tu lui dis : " à vous Monsieur ".

Je me relève pour replonger sur ses genoux. J'ai peur de sa peur. Je voudrais l'encourager. Mais je n'en ai pas besoin. Il bat ma coulpe avec un plaisir non dissimulé, pas une once de crainte, on sent qu'il a imaginé le faire depuis bien longtemps.

Je sens à ce moment précis que, pour lui, tout ce qui lui semblait surréaliste, irréel est devenu réalité. Toutes ces photos regardées sur Internet, tous ces récits où il se demandait si cela était bien vrai, s'il ne rêvait pas, tout cela vient de prendre forme. Sous ses yeux, mes fesses sont devenues rouges de son plaisir et il a l'air heureux. Je craignais qu'il n'arrête en quelques minutes, mais il y prend goût. Comme un bon boulanger qui serait heureux de pétrir et de pétrir encore sa patte pour faire une belle miche, il me bat amusé et sensuel et je me laisse faire. Je suis bien.

Je suis bien dans mon corps qu'il me masse de ses lourdes caresses, Je suis bien dans ma tête du plaisir que je lui donne sans que personne n'en souffre.

Et quand me voilà heureuse et repue, pour vous dire mercis à tous les deux, je n'ai d'autres petits cadeaux à vous proposer que d 'écrire ces quelques mots, souvenirs d'un moment émotion, commémoration en quelques lignes de vos premiers pas sur une lune !

© 2002

0 commentaire
avatar