page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

Mot pour maux
Blandine

Il lui a dit ces mots qui la font frémir au plus intime d'elle-même et elle a doucement fermé les yeux. "Tu vas te prendre une bonne fessée et ça va te faire du bien". Comment a-t-il deviné les mots qu'elle entendit si souvent dans son enfance? Comment a-t-il retrouvé les mots qu'elle se murmure? Comment est-il arrivé si près de son fantasme?

Elle se rappelle. La peur ventrale qui la terrifiait à cette annonce toujours suivie d'effet. La fessée qui faisait mal d'abord, qui humiliait ensuite, qui calmait enfin. Elle se rappelle de cette trêve doucereuse qui régnait après. Une atmosphère de miel et de fiel, où chacun reprenait ses occupations, comme si de rien n'était. Elle, libérée que ce fut terminé, meutrie de n'y avoir échappé, douce d'avoir été fessée.

Elle baisse la tête. Elle en a envie comme jamais. A cause de quelques mots, de cette peur qu'ils ont rescucitée, de leur complicité où elle sait qu'il saura aller au bout de ses désirs. Elle est à lui, mendiante d'un plaisir trouble et inexplicable. Elle est à lui, naufragée de son enfance et de ses rêves. Et lui le sait, et lui la comprend, et lui ne la juge pas.

Il l'a conduite dans la chambre, a sorti le martinet et une vieille cravache. Elle se met dans ses bras, non pas pour échapper à l'inéluctable, elle ne veut pas tricher ou l'amadouer, non, elle a encore besoin de sentir sa tendresse, elle a de la peur et de la fierté, elle a besoin qu'il sache tout cela, qu'il l'embrasse et puis qu'il la lâche.

"Maintenant". Il lui a dit cela très calmement alors elle s'est allongée sur ses genoux, elle est prête. Il ne frappe pas trop fort, il se prépare à un très long voyage, elle sent qu'il prend son rythme, ni trop lent, ni trop rapide, ni trop doux, ni trop fort. Elle s'est mise en elle, dans cet état de concentration qui fait que l'on sent bien chaque claque mais que la douleur se transforme en chaleur puis en plaisir. Elle entend seulement le bruit régulier de sa fessée, elle se sent bercée par une immense tendresse, elle sait qu'il lui offre tout le plaisir qu'il peut, elle voudrait le remercier mais elle ne veut pas bouger. Elle prie pour qu'il continue, sans forcer, sans diminuer, sans parler.

Et puis tout doucement, elle se sent inondée de bonheur, battue de tendresse et douce comme aux temps anciens. Vrai, une bonne fessée, cela fait du bien.

Maintenant.

© 2002

0 commentaire
avatar