page précédente
CONNEXION    CREER UN COMPTE

 

Le site rose: AGRAMANT
accueille blogle forumle tchatles profilsles recits

 

La premiere fois
Agramant

Avec quelques amis nous avions l'habitude de jouer aux cartes le soir dans la résidence universitaire de l'école d'ingénieurs ou nous étions étudiants. Ces parties se prolongeaient souvent assez tard dans la nuit et étaient souvent bien arrosées. Notre jeu préféré était le «8 américain» un jeu un peu farfelu, avec plein de règles étranges, mais ayant l'avantage de pouvoir se jouer avec un nombre quelconque de joueurs...
Quand nous étions un peu gris (enfin un peu plus que d'habitude !) nous pimentions le jeu de «gages» pour les premiers éliminés (le gagnant du jeu étant celui qui reste après élimination des autres). Comme il y avait souvent des filles parmi nous ces gages prirent inévitablement des aspect un peu scabreux comme par exemple de devoir faire le tour de la résidence en sous-vêtements...

Ce soir la, nous étions cinq : deux filles et trois garçons, et particulièrement gais car nous arrosions nos diplômes tout neufs. Au cours de la partie une des filles, Corinne, voulant sans doute échapper au gage qui risquait fort de lui tomber dessus, fut surprise en flagrant délit de tricherie. Unanimement nous avons décidé que Corinne devait être punie (en plus du gage) ce qu'elle-même a reconnu d'assez bonne grâce. Son amie a alors lancé l'idée qu'elle méritait «une bonne fessée» ce qui fut aussitôt approuvé chaleureusement par les trois garçons. Comme j'étais l'hôte ce soir la (la partie se déroulait dans ma chambre), je fus désigné comme «l'exécuteur des hautes oeuvres»

Comme elle était plutôt pudique (mais pas trop tout de même, car sinon elle n'aurait jamais voulu jouer avec nous), Corinne n'était pas vraiment enthousiasmée mais personne ne l'a physiquement obligée (elle pouvait partir sans problèmes) et elle s'est exécutée docilement quand je lui ai ordonné d'un ton mi sévère, mi rieur de baisser son jean et de venir s'allonger sur mes genoux. Dans un silence a peine troublé par les pouffements des autres, Corinne, rouge comme une tomate a déboutonné son jean puis après un instant d'hésitation l'a baissé a mi-cuisses dévoilant a nos regards sa petite culotte de coton blanc. Puis rougissant de plus belle elle s'est avancée vers moi et s'est allongée sans rien dire en travers de mes genoux sans retenir son jean qui dans le mouvement lui est tombé sur les mollets. Comme les autres je me suis régalé quelques instant de la vue de ses belles fesses si bien moulées dans cette jolie petite culotte qui les cachaient si mal : on devinait la raie à travers le tissus léger... Puis dans un silence attentif, j'ai lentement levé la main et l'ai sèchement (mais pas trop fort tout de même) abattue sur la croupe offerte. Corinne a eu un bref gémissement mais a supporté sans broncher la dizaine de claques dont j'ai gratifié son arrière train... A chaque claque ses jambes s'agitaient un peu ce qui fait que son jean est assez vite tombé par terre.
Puis je me suis arrêté un instant et Corinne pensant la correction terminée a commencé à se relever. Pris d'une inspiration subite (l'alcool et l'insolite de la situation y étaient pour beaucoup) je lui ai signifié sèchement que ce n'était pas fini et elle a repris docilement la position. Profitant de mon avantage je lui ai dit d'un ton sévère que ceci n'était qu'un échauffement et je lui ai demandé si elle savait comment se donne une véritable fessée. Rougissant de plus belle (enfin je suppose car je ne voyais pas son visage) elle a émis un son qui pouvait passer pour une approbation. Fort de celle-ci et dans un silence impressionnant, j'ai résolument saisi l'élastique de la petite culotte blanche et l'ai lentement baissée le long des fesses, puis des cuisses et jusqu'aux chevilles d'ou un des assistants l'a saisie pour la poser par terre à coté du jean. Sous nos yeux émerveillés le magnifique fessier s'étalait dans toute sa nudité et le contraste entre ses fesses rosies par la fessée «préparatoire» sur la culotte et les cuisses blanches et fuselées était un régal pour nous... Puis je me remis à l'ouvrage en accablant le beau fessier de gifles sèches et régulières frappant successivement une fesse, puis l'autre, puis le haut des cuisses, puis plusieurs fois la même fesse jusqu'à donner au tout une belle couleur rouge vif... Le contact de ma main sur ces fesses jeunes, pleines et bondissantes me faisait bander comme un cerf, ce que Corinne devait sûrement sentir compte tenu de sa position. Au fur et à mesure que ma main meurtrissait son verso, Corinne (sans jamais essayer vraiment de se dégager) émettait des plaintes de plus en plus déchirantes et surtout agitait spasmodiquement les jambes qu'elles maintenait pudiquement serrées au début, révélant ainsi à tous (et surtout à moi) les replis les plus secrets de son intimité. J'ai pu alors me rendre compte, et sans doute les autres aussi, que son sexe était très humide... Aucun doute possible, par une étrange alchimie d'humiliation, de douleur et de peur, elle jouissait sous la fessée ! A un moment elle a eu un gémissement plus fort et d'une tonalité différente, et a brusquement resserré ses cuisses... C'était je suppose son orgasme... J'avais fait jouir une fille en la fessant devant trois camarades !...

J'ai arrêté la fessée pour ne pas décharger à mon tour dans mon pantalon comme un collégien ; de toutes façons ses fesses étaient maintenant cramoisies et nous avions tous (surtout elle) bien profité de la «séance» : poursuivre n'aurait plus eu de sens...

Voila le récit de ma première fessée «entre adultes consentants» et même aujourd'hui, 17 ans plus tard ce souvenir reste aussi présent...
Je n'ai jamais eu de relation sexuelles avec Corinne (et je le regrette vivement car c'était un beau brin de fille) et je ne l'ai jamais revue depuis : c'était la fin de notre dernière année d'école et je suis parti juste après faire mon service militaire... Si la magie d'Internet permet qu'elle lise ces lignes (elle se reconnaitra sûrement), qu'elle sache que je la reverrai avec plaisir... Même si elle ne veut pas recommencer l'expérience !...

0 commentaire
avatar